Archive de la catégorie ‘Langue’

Apprentissage de la langue khmère

Mercredi 2 juin 2010

Aujourd’hui, je voudrais vous faire part de l’un de mes loisirs : l’apprentissage de la langue khmère.

Le khmer est la langue parlée au Cambodge, un pays d’Asie du Sud-Est, mais aussi partout dans le monde, par les émigrés cambodgiens.

Le système d’écriture du khmer est unique (non partagé avec d’autres langues) et très large (une trentaine de consonnes, une vingtaine de voyelles). Vous pourrez vous donner une idée en faisant un saut sur le site everyday.com.kh.

J’ai tout de suite abandonné l’idée d’apprendre l’écriture et la lecture du khmer. C’est peut-être une bêtise mais cela m’a paru très compliqué.

Je me suis donc concentré sur la compréhension et la prononciation du khmer. J’ai, pour cela, trouvé un certain nombre de sites web permettant d’apprendre le khmer.

Le tout premier site que j’ai trouvé fut Khemarak Pheasa, une association grenobloise donnant des cours de khmer, et la version écrite des cours est disponible sur leur site. Points forts : apprentissage didactique, prononciation disponible, transcription latine bien adaptée aux francophones. Point faible : manque d’expressions et de phrases toutes faites pour le quotidien.

Le deuxième site fut Bong Thom Dot Com. Il s’agit d’un site web cambodgien proposant divers services, dont une rubrique de petites annonces, et un recueil d’expressions khmères/anglaises/françaises appelé AK-ONLINE. Points forts : grand nombre d’expressions très utiles au quotidien, recueil bien structuré, prononciation disponible. Point faible : transcription phonétique plutôt difficile à lire.

Le troisième site trouvé fut Cambodia SeaSite. Il s’agit d’une partie du site d’une université américaine consacrée à l’apprentissage du khmer. Points forts : apprentissage très complet (vocabulaire, expression, grammaire), prononciation disponible, utilisation de l’Alphabet Phonétique International (API). Point faible : uniquement en anglais.

Le quatrième site est celui des projets SEAlang. Il s’agit d’un site américain rassemblant des bibliothèques sur les langues du Sud-Est Asiatique, dont le khmer. Il propose notamment un dictionnaire en ligne. Points forts : dictionnaire ultra complet, utilisation de l’API. Point faible : uniquement en anglais.

Il est à noter que le site Srok Khmer m’a également été d’une grande utilité, avec notamment son introduction sur l’API et la prononciation khmère. Malheureusement, il a récemment fait peau neuve, et la rubrique ainsi que le dictionnaire ont disparu. Il faut espérer que ces informations soient remises en ligne très prochainement.

Quelques autres sites plus ou moins intéressants sont à noter :

Comme vous pouvez le constater, les ressources ne manquent pas pour apprendre le khmer.

Si vous connaissez d’autres sites, n’hésitez pas à les partager via les commentaires.

De l’importance de l’API (et de X-SAMPA)

Vendredi 22 janvier 2010

Aujourd’hui, je souhaite parler de l’API et de l’X-SAMPA. De quoi s’agit-il ?

L’API est l’Alphabet Phonétique International (IPA en anglais, pour Internationl Phonetic Alphabet). Il s’agit d’un alphabet standard qui permet de décrire la prononciation des mots de n’importe quelle langue. La transcription qui en résulte est généralement indiquée dans les dictionnaires, a côté de chaque mot, entre crochets ou entre barres obliques. Ainsi, si vous savez interpréter la transcription phonétique, vous savez prononcer n’importe quel mot !

Je n’ai pas eu la chance d’apprendre cet alphabet a l’école. Pourtant, je considère la connaissance de cet alphabet comme essentielle. Bien sûr, il ne remplace pas l’écoute d’un mot prononcé correctement, mais il permet de connaitre rapidement la façon de prononcer le mot. Il facilite ainsi l’apprentissage ou le perfectionnement d’une langue.

L’API est particulièrement intéressant pour une langue comme l’anglais, qui a le vilain défaut d’une prononciation sans correspondance avec l’orthographe. Pour illustrer mon propos, je vais prendre l’exemple des mots it, eat et hit. Pour un simple francophone comme moi, ces trois mots pourraient se prononcer de façon identique. En réalité, ces trois mots ont des prononciations différentes et la transcription en API va nous les révéler :

  • [ɪt] pour it ;
  • [iːt] pour eat ;
  • [hit] pour hit.

Nous pouvons constater que la prononciation de ces trois mots a un point commun : il se termine tous par le son [t]. Le mot hit a la particularité de débuter avec le son [h]. Il s’agit du h aspiré, inexistant en français, mais primordial en anglais. Mais la différence majeure entre ces trois prononciations réside dans la façon d’interpréter la lettre i :

  • la lettre i du mot hit est prononcée comme en français ;
  • la lettre i du mot eat est prononcée comme un i allongé (indiqué par le symbole [ː]) ;
  • et la lettre i du mot it est prononcée avec un i que je qualifierais de « relaxé » (la bouche doit rester détendue).

Comme vous pouvez le voir, la transcription en API donne des informations précieuses sur la prononciation.

Quant à X-SAMPA, il s’agit simplement d’un jeu de caractères calqué sur l’API, et utilisant les lettres couramment disponibles sur un clavier standard. En effet, de nombreuses lettres de l’API correspondent à des symboles particuliers, qu’il n’est pas simple de taper avec un simple clavier. La lettre [ɪ] en est un exemple. Dans X-SAMPA, cette lettre est remplacée par la lettre I (i en majuscule). La saisie d’une transcription phonétique avec un clavier est donc plus facile.

Si vous souhaitez voir les lettres de l’API et de l’X-SAMPA utilisées dans quelques langues, la page du Wiktionary français est un bon point d’entrée :

http://fr.wiktionary.org/wiki/Annexe:Prononciation

C’est tout pour aujourd’hui. A bientôt !